%AM, %03 %706 %2015 %11:%Jui

Une aventure amazonienne (Rio Negro, Janvier 2002)

Rio Negro, Janvier 2002. Je suis le capitaine de mon propre bateau, voguant à travers l'Amazonie en direction de Manaus au Brésil. J'ai la peau foncée par le soleil et la saleté - je ne me suis pas lavé ni rasé depuis 10 jours. Je suis libre. À Montréal, je suis P.-D.G. d’une entreprise côtée en Bourse… mais tout ça n’a, à cet instant, plus aucune importance !

Depuis quelques semaines, tout le monde s'accordait à dire que j'avais besoin de vacances. J’ai finalement cédé et me suis décidé à faire une pause de quelques jours afin de m'éloigner de mon travail. “Tu devrais en profiter pour partir dans les îles, profiter de la plage.” Hum… Non, je ne vais pas aller m’étaler sur une plage. J’ai réfléchi à l'endroit où j’avais vraiment envie de passer mes vacances de Noël et la réponse m’a semblé évidente. Sur une étagère de ma bibliothèque, j’ai attrapé L’Oreille Cassée, une des aventures de Tintin, et me suis dit : cap sur la forêt amazonienne ! J'avais ce livre depuis mes 10-11 ans, on me l'avait offert, et depuis j’avais toujours rêver d'aller en Amazonie. C'était le bon moment...

Après quelques recherches, je décide de réserver un séjour auprès d’une agence promettant "une véritable expérience amazonienne” (c’est-à-dire : pas d’électricité, pas d’eau courante, pas de réseau, beaucoup d’insectes, un hébergement rudimentaire, des expéditions dans la jungle, des excursions nocturnes pour observer les alligators, de la pêche au piranha…). Quatre semaines plus tard, je suis à Manaus et j’embarque sur « mon » bateau pour un voyage de six heures jusqu’au camp de base.

Au départ, nous sommes un groupe de cinq personnes, deux couples et moi. Mais les deux couples partent plus tôt que prévu et je me retrouve seul avec le personnel du camp pour vivre des moments inoubliables à pêcher le piranha et dormir dans un hamac tandis que le “gardien” me raconte tout un tas d'histoires dans un mauvais portugais, buvant et trinquant aux jours à venir (son travail consistait à “garder” le camp contre les prédateurs et les pirates - nombreux en Amazonie, il avait 70 ans et buvait toute la nuit… et alors ? J’avais voulu une aventure à la Tintin, j'en vivais une !).

Le jour du retour à Manaus arrive et je suis seul sur le bateau avec un équipage de trois personnes pour un voyage de six heures. Dès que nous quittons l’embarcadère, deux membres de l’équipage commencent à boire – une habitude là-bas. J'en profite alors pour monter dans la cabine du "pilote" qui arbore un large sourire édenté mais n'est pas très loquace. De toute façon, je ne parle pas un mot de portugais. Au bout d'un moment, il m'indique la barre et pointe son doigt sur moi, et ainsi plusieurs fois de suite. Il veut que je conduise le bateau ! Je lui fais signe que j'ai compris et il me laisse m'installer derrière la barre. Il vérifie que je maîtrise à peu près la situation et me laisse seul... pour aller boire sur le pont avec ses collègues !

Pendant les cinq prochaines heures, je suis le seul maître à bord : capitaine de « mon » bateau, voguant sur ce fleuve mythique qu'est l'Amazone, tel le nouvel Henry de Monfreid, au milieu d'autres embarcations transportant passagers, bois… De temps en temps, j'actionne la corne du bateau juste pour me rappeler l'expérience que je suis en train de vivre. Les gens que je croise me saluent. Je suis libre et heureux. Sur le pont inférieur, l'"équipage" s'est endormi sous l'effet de l'alcool local.

Il se passe beaucoup de choses sur l'Amazone : tout un monde ! Et pendant ces 5 heures, j'en profite au maximum. Je ne pense à rien d'autre qu'à remplir mon esprit, mon corps et mon âme de ce fleuve majestueux et de tout ce qui l'entoure. Cette expérience est l'une des plus intenses et des plus incroyables de ma vie.

À la vue de Manaus, le "pilote" sort de sa léthargie et décide de faire accoster son bateau. Ce qui me semble une excellente chose étant donné que je n'ai aucune idée de la manœuvre à faire. Nous arrivons sain et sauf. Le séjour touche à sa fin et j'ai réservé une chambre dans un bel hôtel de Manaus. Je rentre à Montréal le lendemain. Cette dernière nuit, seul dans ma chambre, j'essaye de revivre dans ma tête chaque instant de cette incroyable journée.

Vingt quatre heures plus tard, j'atterris à Montréal – la ville est plongée dans un froid hivernal - et ma première pensée est : « Qu'est-ce que je fais ici ? » Je retournerai en Amazonie, c'est un endroit magique. Et cette fois, j'irai avec ma fille – elle m'a récemment avoué qu'elle en avait très envie elle-aussi. Et j'espère - j'espère vraiment - que je pourrais à nouveau être le capitaine de mon propre bateau !

 

Découvrez notre inspiration de circuit dans la jungle amazonienne.

Découvrez toutes nos inspirations de circuits au Brésil.

Ce voyage vous intéresse?

Vous avez besoin de conseil?

info@atypika.ca

+1 (514) 789-2446

Pourquoi voyager avec Atypika?

 

PROXIMITÉ

Atypika est une entreprise à taille humaine qui apporte un service adapté à chacun de ses clients, individuellement.

PRIX JUSTE

C’est parce que nous travaillons en direct avec nos partenaires locaux, sans intermédiaire, que nous pouvons vous garantir les meilleurs prix.

INNOVATION

Par voyage culturel, nous entendons non seulement la découverte de sites historiques mais aussi de la culture dynamique d’un pays, dans ce qu’elle a de traditionel et d’innovant.

SATISFACTION CLIENT

Elle est au coeur de notre action. Votre conseiller Atypika s’assure de votre satisfaction à chaque étape de votre projet de voyage.

AUTHENTICITÉ

Dans nos circuits, l’accent est mis sur les rencontres humaines et les découvertes culturelles, que ce soit par les lieux visités ou par les hébergements selectionnés.

 

 

Rejoignez-nous

514-789-2446
2000 McGill College Avenue, Suite 697
Montréal, Québec H3A 3H3

Un service client à votre écoute 7j/7j

 

 logo visalogo mastercardlogo interac

 

Une Question ?