%AM, %10 %467 %2016 %06:%Aoû

Guide pratique de la Tanzanie

Safari - Tanzanie Safari - Tanzanie

Flag of Tanzania.svg- GUIDE ET INFORMATIONS PRATIQUES SUR LA TANZANIE -Coat of arms of Tanzania.svg


INDEX

1. LA TANZANIE (RÉPUBLIQUE-UNIE DE TANZANIE) EN BREF :

Superficie : 945 087Km2

Population : 49 250 000 habitants

Capitale : Dodoma

Langue officielle : Swahili, Anglais, (120 dialectes ethniques)

Religions : Islam 35% (99% à Zanzibar), christianisme 30%, animiste 30%

Régime politique : République

Président : John Magufuli

Monnaie : Shilling tanzanien (TZS)

Décalage horaire : Fuseau horaire UTC +3 soit 7h00 de plus qu’à Montréal (UTC +4).

Géographie (Généralités) : Situé dans l’hémisphère sud, en Afrique de l’est, la Tanzanie est bordée à l’est par l’océan Indien. Au nord elle partage sa frontière avec le Kenya et l’Ouganda, à l’ouest avec le Rwanda, le Burundi et est séparée de la République Démocratique du Congo par le lac Tanganyika. Au sud avec la Zambie, le Malawi et le Mozambique.
La Tanzanie est divisée en 26 régions (21 dites continentales et 5 dites insulaires formant le Gouvernement révolutionnaire de Zanzibar).


2. HISTOIRE

La Tanzanie est un état jeune, formé en 1964 par la fusion du Tanganyika et de l’état de Zanzibar.

Si l’histoire de la bande côtière et des iles est documentée depuis l’Antiquité, on en sait beaucoup moins sur l’histoire de l’intérieur des terres. Dans le nord de l’actuelle Tanzanie, se trouvent les gorges d’Olduvai, c’est là que furent retrouvés les restes fossiles des plus anciens ancêtres de l’espèce humaine.

On suppose que la région fut habitée par des peuples utilisant une langue à cliquet (famille linguistique des khoisanes), similaire à celle des bushmen d’Afrique du Sud. Ces peuples auraient été repoussés vers le sud par les peuples bantous venant de l’ouest et du sud aux environs du Ve ou IVe siècle av. J.C. D’autres peuplades arriveront par vagues successives entre le 1er millénaire av. J.C. (les Nilotes) et le XVIIIe siècle, dont les Masais à partir du XVe siècle.

Dès l’Antiquité les régions côtières vit arriver les marchands, venant de Rome, d’Égypte et de Phénicie. Mais ce sont surtout les marchands venant du Golfe Persique, de l’inde et de la Péninsule Arabe qui tissèrent les plus fortes relations. À partir du VIIe siècle certaines familles commencèrent à s’installer et fonder des comptoirs, de ce qui est maintenant la Somalie jusqu’au Mozambique. Le mélange de ces migrants venus de pays et de cultures différentes, mais majoritairement arabe, avec les populations donnera naissance à la culture et à la langue swahilie.

Des cités-états se créent ainsi dans les iles et le long de la côte à partir desquelles des caravanes s’enfoncent jusqu’aux grands lacs afin de rapporter de l’or, de l’ivoire et d’autres richesses qui seront expédiées vers le Moyen-Orient. Ces cités sont en concurrence et se querellent les unes les autres.

Lorsqu’en 1498 Vasco de Gama, lors de son voyage vers les Indes par le cap de Bonne Espérance, arrive sur la côte est de l’Afrique il n’est pas bien accueilli mais se rend vite compte que certaines villes commercent de grandes quantités d’or. Il revient en 1502 à la tête d’une flotte plus importante pour imposer un tribut annuel en or au profit de la couronne portugaise. Face au refus des Arabes, la force est employée et les cités tombent, certaines seront détruites. Il faudra une dizaine d’années aux Portugais pour contrôler la quasi-totalité de la région côtière et de facto les routes maritimes qui conduisent en Inde.

À partir du XVIIe siècle, une forte opposition swahilie commence à s’organiser. Une aide viendra de l’Imam de Mascate (Oman) qui, en 1698, lève une armée de 3000 hommes pour soutenir la révolte. En 1729 les Portugais abandonnent la côte swahilie et se replient vers le Mozambique. Laissant la place à un autre occupant, le Sultanat d’Oman, ce qui ne convient pas à beaucoup des anciennes familles fondatrices.

Le XVIIIe siècle verra le déclin économique malgré une forte hausse du marché des esclaves, qui dure déjà depuis un millénaire. La demande est de plus en plus forte pour alimenter l’Arabie, le Golfe Persique, les plantations de Zanzibar et celles des nouvelles colonies dans l’océan Indien. Zanzibar est en 1811 le plus grand marché aux esclaves de la côte est.

En 1822 le sultan d’Oman, Sayyid Said, enverra des troupes pour remettre au pas les cités rebelles. Succombant aux charmes de l’ile, il déménage sa capitale de Mascate à Zanzibar. Il relance l’économie de l’ile en intensifiant la traite des noirs et en introduisant la culture du clou de girofle, très rapidement trois quarts de la production mondiale.

En 1840 le Sultanat d’Oman domine toute la côte est depuis la Somalie jusqu’au Mozambique mais commence à subir les pressions des puissances coloniales européennes.
Celles-ci sont en luttent depuis le début du XIXe siècle pour le contrôle de l’océan Indien et de ses routes maritimes.
Les Anglais sont les premiers à se rapprocher et à soutenir le Sultan. Des traités commerciaux sont signés avec plusieurs pays (États-Unis, Grande-Bretagne, France) qui conduisent à l’ouverture de consulats à Zanzibar. Le Sultan se résigne également à signer des traités limitant la traite des noirs.

C’est à cette période que commence l’exploration de l’intérieur des terres par les occidentaux. Certains à la recherche de la source du Nil (Richard Burton et John Speke), David Livingstone qui remonte le Zambèze jusqu’au lac Tanganyika, d’autres sont des missionnaires qui traduisent la Bible en Swahili.

À la mort de Sayyid Said, les Anglais interviennent dans la lutte pour le pouvoir et donne le trône d’Oman à son fils ainé et Zanzibar (les iles et la côte est) à son frère cadet qui déclare l’indépendance de Zanzibar.
Dans le même temps, les Allemands pénètrent à l’intérieur des terres et par l’intermédiaire de la Compagnie de l’Afrique orientale allemande signent des traités avec les chefs tribaux.
L’Allemagne et le Royaume-Uni passent des accords pour se partager les territoires, laissant de moins en moins d’espace au Sultan. Celui-ci perd définitivement tout contrôle en 1890 et devient un fonctionnaire britannique.

Les Allemands prennent possession du Tanganyika, du Burundi et du Rwanda, mais ont des difficultés à s’imposer. Devant l’incapacité de la Compagnie de l’Afrique orientale allemande, le gouvernement allemand prend les choses en main et nomme un gouverneur pour ce qui est maintenant un protectorat. Dar-Es-Salaam est choisie comme capitale. Ils conquièrent région par région mais des peuples, comme les Hehe et les Nyamwezi se rebellent et remportent des succès. Un corps expéditionnaire est envoyé et mate durement la rébellion.

Une nouvelle révolte éclate en 1905. En 1907 elle est écrasée faisant entre 75.000 et 120.000 morts côté africain. L’Allemagne en tire des enseignements et change de stratégie, met en place un gouvernement plus libéral et jusqu’au début de la première guerre mondiale augmente les financements pour le développement des infrastructures et la création d’écoles. L’agriculture est mise en avant par l’introduction de plantations de café, thé, coton et de sisal (importé du Mexique).

Plutôt que d’imposer leur langue, les Allemands favorisent l’enseignement et l’usage du Swahili.

La première guerre mondiale voit s’affronter les deux puissances en guerre en Europe. Les Britanniques profitent de leur position côtière pour imposer un blocus mais dans l’intérieur ils subissent des revers jusqu’en 1916. En mai 1916, les Allemands, isolés de leur mère patrie, perdent Kigali ainsi que d’autres villes importantes et stratégiques. Ils perdent définitivement l’Ost-Afrika en 1917. En 1919 les puissances se répartissent les territoires, aux Belges le Rwanda et le Burundi, aux Britanniques le Tanganyika. Durant ces années, le développement est interrompu et populations reviennent à leur mode de vie traditionnel.

Le pays est exsangue et le peu d’intérêt que montre le Royaume-Uni pour le remettre en marche auquel s’ajoute la crise économique de 1929 retardent considérablement son développement. Ayant besoin de main-d’œuvre éduquée et qualifiée et anglophone, les Britanniques feront venir de nombreux indo-pakistanais. Le Tanganyika est utilisé pendant à la production des matières premières nécessaires à l’effort de guerre.
En 1946 l’ONU confie la tutelle du Tanganyika au Royaume-Uni avec pour objectif de l’amener à l’autonomie et à l’indépendance.

De leur côté, Zanzibar et les iles Pemba, Mafia, connaissent une période de stabilité du début du XXe siècle jusqu’aux années 60. Dans les années 50, des partis indépendantistes se forment en fonction des appartenances, arabes d’un côté, de l’autre des africains descendants d’esclaves.

En 1953, Julius Nyerere crée un parti politique indépendantiste, le Tanganyika African National Union. Sans aucune violence le Tanganyika obtient son indépendance en décembre 1961. Un an après il devient le premier président du Tanganyika.

Zanzibar et Pemba obtiennent leur indépendance en décembre 1963. Un mois après, en janvier 1964, le parti ASP majoritaire est écarté du pouvoir au profit d’un gouvernement pro-britannique, faisant éclater les tensions communautaires accumulées depuis des années. Révolte violente qui fait 10.000 morts dans la nuit du 11 au 12 janvier. Karume, leader de l’ASP devient président de Zanzibar.

Le 26 avril 1964, Le Tanganyika et Zanzibar fusionnent pour former la République Unie de Tanzanie. Nyerere devient président de la Tanzanie et Karume, président de Zanzibar, devient vice-président de Tanzanie (il est assassiné en 1972). Jusqu’à aujourd’hui, Zanzibar conserve une certaine autonomie notamment dans l’éducation, l’économie, alors que le gouvernement tanzanien s’occupe des affaires étrangères, de la défense, de l’intérieur.

Nyerere engage la Tanzanie dans un socialisme africain, nationalisant les principales industrie et services publics. Les occidentaux ne soutiennent pas cette politique, Nyerere se tourne alors vers la Chine pour l’aider à développer les infrastructures. Le modèle chinois amène également la création de 800 villages collectifs. En quatre ans 9 millions de personnes seront brassées et mélangées pour les implanter dans ces villages, brisant les racines et les liens communautaires des populations.

Malgré des tentatives de rapprochement avec ses voisins, plus pro-occidentaux, la Tanzanie se marginalise. Fin 1978, l’Ouganda dirigée par Idi Amin Dada attaque la Tanzanie. Aider par le matériel chinois, la Tanzanie, au prix d’un lourd tribut humain et financier, reprend le contrôle de son territoire et occupe l’Ouganda pendant presque deux ans.

Le pays est ruiné, Nyerere se tourne vers la Banque Mondiale et le FMI et permet la propriété privée des moyens de production, libéralisant la société.

En 1985, après 24 années au pouvoir, Nyerere se retire de la vie politique, contrairement à nombre de ses homologues africains ...

L’exception Masai ; la présence des colons européens bouleversa profondément l’organisation des sociétés africaines ; introduction du christianisme, monétarisation des échanges, villages collectifs, et les relations intertribales. Seuls les Masais sont restés à l’écart de ‘’l’européisation’’ de la société.


3. RÉGIONS D’INTERET TOURISTIQUE

KILIMANJAROLe KILIMANDJARO, est la destination privilégiée des randonneurs qui veulent assouvir leur passion dans un cadre et une nature majestueuse pour atteindre le sommet et ‘’les neiges du Kilimandjaro’’.
Plus haut sommet d’Afrique, 5892m, il est composé de trois volcans éteints ; le Shira, le Mawenzi et le Kibo (le plus haut des trois).
Situé au nord-est de la Tanzanie, il fut intégré au Parc national du Kilimandjaro en 1973. La richesse de sa flore et de sa faune des différents écosystèmes que l’on rencontre tout au long de son ascension est unique.

Le Kilimandjaro est le berceau du peuple Masai qui, depuis des millénaires, fait paitre ses troupeaux sur les alpages de ses contreforts.

L’aire de conservation du NGORONGORO (réserve de la Biosphère de l’UNESCO), est située au Nord de la Tanzanie. Elle couvre une superficie de 8 288 km2. C’est un massif montagneux (960 mètres à 3 648 mètres d'altitude) d’origine volcanique faisant partie de la vallée du grand Rift. Elle est enchâssée par un ensemble de parcs avec ; au nord-ouest le parc du Serengeti, à l’est les parcs du Kilimandjaro et d’Arusha, au sud-est les parcs de Manyara et Tarangire. Parmi les plus remarquables sites inclus dans l’aire de Conservation du Ngorongoro, on trouve les sites archéologiques des gorges d'Olduvai et de Laitoli, les cratères du Ngorongoro et d'Empakaai, et les rives du lac Eyasi. De la savane à la forêt tropicale, elle héberge un large éventail d’écosystèmes à la faune et à la flore riches et variées.

Le cratère du Ngorongoro est sur la route des grandes migrations. Des millions de mammifères ; gnous, zèbres, gazelles, ... qui chaque année se déplacent entre le cratère, le Serengeti et plus au nord le Masai Mara au Kenya. Accompagnés par leurs prédateurs. Dans le cratère se trouve la plus grande concentration de lions en Afrique. De nombreux léopards, chacals, hyènes, chats dorés africains, guépards sont présents. On y trouve en grand nombre : le rhinocéros noir, l'éléphant, le cobe de montagne, le buffle, l'hippopotame, le gnou, le zèbre, l'élan du Cap, la gazelle de Grant et la gazelle de Thomson. L'autruche, le pélican, le flamant rose et le flamant nain ne sont que les plus connus parmi les plus de 500 espèces d’oiseaux qui s’y trouvent.

SERENGETILe SERENGETI, le plus ancien et le plus populaire des parcs tanzaniens. D’immenses espaces qui donnent un sentiment de liberté indicible. Des millions d’animaux qui se déplacent en une colonne de 45km à la recherche de frais pâturages. Traversant des rivières infestées de crocodiles. Suivis par une cohorte de prédateurs ; lions, hyènes, léopards, et guépards toujours à l’affut d’une faiblesse ou d’un moment d’inattention fatal. C’est le Serengeti !

 
TARANGIRELe PARC DE TARANGIRE, est le paradis des ornithologues. Avec plus de 550 espèces d’oiseaux, le parc de Tarangire possède la plus grande concentration d’oiseaux au monde dont des espèces uniques.
D’autres espèces rares que l’on peut observer sont : le rare Oryx, la gazelle de Waller (connu aussi sous les noms de gerenuk ou d’antilope girafe).
Les éléphants sont très nombreux dans le parc. On peut les voir gratter le lit desséché de la rivière Tarangire pendant la saison sèche, à la recherche des nappes souterraines.
La saison des pluies ramène avec elle les gnous, zèbres, de passage dans le parc au cours de leur grande migration.

MANYARALe PARC DU LAC MANYARA, s’étend sur 50 kilomètres au pied des falaises brunes et rouges, hautes de 600 mètres, qui caractérisent l’escarpement de la vallée du Rift, le lac Manyara est un joyau célébré par Ernest Hemingway comme « le plus beau que j’aie jamais vu ».
Depuis l’entrée principale, la route serpente à travers une jungle luxuriante où des groupes de babouins forts d’une centaine de membres paressent sur les bas-côtés, où des cercopithèques à diadème escaladent avec légèreté les anciens acajous.

La riche plaine et son horizon ouvert à l’Est, par-delà le lac alcalin jusqu’au bleu des pics volcaniques qui s’élèvent à l’extrémité des steppes massais, contrastent avec l’intimité de la forêt. Des troupeaux d’énormes buffles, de zèbres et de gnous se rassemblent sur cette plaine herbeuse, comme le font aussi les girafes – dont certaines ont le pelage si sombre qu’elles peuvent apparaître noires de loin.
A l’intérieur de la plaine, une courte ceinture de bois d’acacias sert de refuge aux légendaires lions de Manyara, souvent perchés sur les branches des arbres, et à des éléphants aux impressionnantes défenses.
Manyara permet un premier contact de qualité avec la faune ornithologique de Tanzanie. Plus de 400 espèces ont ici été enregistrées, et même un touriste qui visite l’Afrique pour la première fois peut raisonnablement espérer en voir une centaine en un seul jour.

ZANZIBAR est un archipel d’iles de l’océan Indien, à une quarantaine de kilomètres au large des côtes de la Tanzanie. Les trois iles principales sont Pemba, Unguja (sur laquelle se trouve la ville de Zanzibar) et Mafia, la plus au sud.

Fermez les yeux et imaginez l’Afrique ajoutez-y un décor d’Arabie avec une touche British et respirez les senteurs des épices venant d’Inde. Vous ne rêvez pas, vous venez d’arriver à Zanzibar.
Vous viendrez certainement à Zanzibar dans l’intention de vous reposer sur les magnifiques plages de l’ile et plonger dans les eaux turquoise pour ôter la poussière après d’intenses safaris dans les parcs du continent. Beau programme !

Mais Zanzibar a aussi des choses uniques à vous offrir.
Tout d’abord si vous vous tournez vers la mer, les récifs de corail sont des lieux propices à la plongée sous-marine, beaucoup d’entre eux sont des zones protégées qui regorgent de vie multicolore. Pour la pêche au gros, c’est un des meilleurs endroits de l’océan Indien.

Partez pour une croisière sur un dhow (boutre) qui vous emmènera autour des iles et ilots enchanteurs pour une journée mémorable.
Impossible de venir sur ‘’l’ile aux épices’’ et ne pas aller visiter les plantations et vous enivrer des senteurs du clou de girofle, du gingembre, de la cannelle, la muscade et le poivre noir.

La vielle ville de Zanzibar, connue sous le nom de ‘’Stone Town’’, est un véritable labyrinthe de ruelles étroites. Le quartier, composé de maisons construites de pierres de corail aux portes de bois caractéristiques, est inscrit au patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO. Ce n’est pas pour autant un musée à ciel ouvert, c’est un quartier plein de vie dont les habitants méritent une approche respectueuse.

Kizimkazi est un village de pêcheurs au sud de l’ile, ou vous pourrez observer les dauphins, ou nager avec eux si vous êtes chanceux.

À Prison Island se trouve une colonie de tortues géantes, importées des Seychelles à la fin du XIXe siècle.

La réserve de la forêt de Jozani, au centre de l’ile est l’habitat naturel des singes colobes rouges. Très photogéniques, vous pouvez les observer facilement en parcourant les sentiers balisés du parc.
Il existe de nombreux autres parcs en Tanzanie, pus petits et moins connus, mais qui offrent des particularités qui leurs sont propres et méritent le détour.

GOMBE STREAM NATIONAL PARK : le plus petit parc vous offre l’opportunité d’observer les chimpanzés sur les traces de Jane Goodall qui en 1960 y fonda un centre de recherches sur le comportement de ces primates. Le centre de recherches est toujours en opération.

KATAVI NATIONAL PARK : le troisième plus grand parc de Tanzanie, le plus isolé peut-être. Il faut voir, à la fin de la saison sèche, l’incroyable concentration d’animaux qui viennent boire sur les bords de la rivière Katuma presque asséchée. On estime à 4000 le nombre d’éléphants qui convergent vers les points d’eau épars. Un millier de buffles, une abondance de girafes, de zèbres et de prédateurs attirés par ce ‘’garde-manger mobile’’. Le parc compte la plus grande concentration de crocodiles et d’hippopotames de Tanzanie. Il n’est pas rare de voir 200 hippopotames ensembles dans une mare de boue et d’assister aux luttes des males dominants irrités par cette promiscuité.

KITULO NATIONAL PARK : Dernier né des parcs nationaux de Tanzanie, le parc national du plateau de Kitulo (à 2600m d’altitude) est situé à l'extrême sud du pays, à proximité de la frontière du Malawi. Les locaux le nomment le ’’Jardin de Dieu’’. Paradis des botanistes et des randonneurs, il possède une flore luxuriante inégalée ; 350 variétés de plantes dont 45 d’orchidées. On y trouve également des espèces endémiques de papillons, lézards, caméléons et grenouilles et des espèces rares d’oiseaux qui feront le bonheur des ornithologues.

MAHALE MOUNTAINS NATIONAL PARK : voisin du parc Gombe. Vous pourrez y observer de nombreux spécimens des quelques 900 chimpanzés qui y vivent.

RUBONDO ISLAND NATIONAL PARK : Situé sur le lac Victoria, son écosystème est bien protégé et abrite une importante population d’oiseaux migrateurs qui viennent s’y reproduire.

GOMBEKATAVIKITULO 2MAHALERUBONDOMIKUMIRUAHAarushaUDZUNGWA

 

4. PATRIMOINE CULTUREL ET NATUREL

Biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial (UNESCO) :

Culturel
• La ville de pierre de Zanzibar (2000)
• Ruines de Kilwa Kisiwani et de Songo Mnara (1981)
• Sites d’art rupestre de Kondoa (2006)

Naturel
• Parc national de Serengeti (1981)
• Parc national du Kilimandjaro (1987)
• Réserve de gibier de Selous (1982)

Mixte
• Zone de conservation de Ngorongoro (1979)

La Tanzanie a proposé à l’UNESCO d’inscrire les sites suivants :
• Oldonyo Murwak (1997)
• Gombe National Park (1997)
• Jozani - Chwaka Bay Conservation Area (#) (1997)
• Eastern Arc Mountains Forests of Tanzania (2006)
• The Central Slave and Ivory Trade Route (2006)


5. ART & CULTURE

Si c’est avant tout la Nature qui attire le voyageur en Tanzanie, le pays possède une culture propre. On la rencontre sur les sites tels qu’Odulvai, et dans ses musées :


• Dar-es-salaam Museum
• Mwalimu Nyerere Museum Centre
• The Arusha Declaration Museum
• National Museum of Tanzania
• National Natural History Museum
• Olduvai Gorge Museum
• Palace Museum, Zanzibar
• Shinyanga Mazingira Museum
• Singida Museum
• Sukuma Museum


La culture swahilie reflète la forte influence arabe de Zanzibar. À côté de celle-ci on trouve l’artisanat propre à chaque ethnie, comme les sculptures des Makondés par exemple.

L’artisanat local est très riche et représente une variété de formes de représenter la nature principalement. Les peintures naïves, genre appeler Tinga Tinga, en sont un bon exemple. Les sculptures sur bois, spécialité des Makondés, sont très belles. On trouve de beaux tissus colorés ou des vêtements confectionnés avec.Regardez bien avant d’acheter, comme dans beaucoup de sites touristiques, la plupart des souvenirs sont produits par l’industrie.La musique a une grande place dans l’art tanzanien. LA musique traditionnelle est jouée avec des instruments traditionnels anciens comme le ilimba ou le filimbi. Elle est la base de tous les genres musicaux que les artistes tanzaniens ont développés. Le Taarab par exemple, originaire de Zanzibar, est un mélange de musique d’Afrique noire aux fortes influences arabes. chanteuse Bi Kidude l’a portée au-delà des frontières sur la scène internationale et a fait l’objet d’un documentaire ‘’As old as my tongue’’ par le réalisateur Andy Jones.La musique wagogo, est une polyphonie d’hommes et de femmes que l’on entend traditionnellement lors de rituels de récolte ou d’initiation.

Le zouk, le R&B et le hip-hop sont les musiques de fond dans les grandes villes !Les Masais se servent de la danse et du chant pour transmettre leurs traditions aux jeunes générations.

TanzaniteLe sous-sol de la Tanzanie est riche de certaines pierres précieuses comme le diamant, le rubis et la tanzanite. Cette dernière ne se trouve que dans le nord de la Tanzanie. Raison pour laquelle, l’industrie autour de cette pierre précieuse est majoritairement entre les mains des Masais. Elle est d’une couleur qui va du bleu profond au violet.
Voilà de quoi trouvez de beaux bijoux... Idée cadeau pour vous Mesdames !



6. GASTRONOMIE

La cuisine dans les lodges est de type international pour satisfaire à la clientèle étrangère et ne vous offrira que peu de spécialités locales.
Ailleurs, dans les grandes villes, vous trouverez une cuisine à forte influence indienne et arabe. Les plats typiquement africains sont : l’ugali, purée de maïs ou de manioc accompagnée de morceaux de viande cuits dans une sauce à base de légumes variés, oignons et tomates. Les sambusas, beignets à la viande ou aux légumes. Les brochettes ou mishikakis. Et plusieurs variétés de préparation de riz ; pilau, masala, byriani accompagnées de sauces plus ou moins épicées.

Sur la côte et à Zanzibar les produits de la mer sont bien frais et très tentants. Poissons et crustacés feront votre bonheur. Par contre, et particulièrement à Zanzibar, vous aurez du mal à trouver des restaurants servant de l’alcool.

Évitez les légumes et salades crus, les glaçons dans les boissons. Buvez de l’eau minérale en bouteille.


7. FÊTES NATIONALES ET JOURS FÉRIÉS

1er janvier Nouvel an
12 janvier Jour de la révolution de Zanzibar
26 février Jour du Prophète
Vendredi Saint
Dimanche de Pâques
Lundi de Pâques
7 avril Fête des Héros (Zanzibar seulement)
26 avril Jour de l’Union (Date anniversaire de l'union entre le Tanganyika et Zanzibar)
1er mai Fête du travail
7 juillet Saba Saba (célèbre la fondation de la Tanganyika African National Union en 1954)
8 aout Nane Nane (fête des paysans)
Fin du Ramadan
14 octobre Fête de Nyerere (célèbre le jour de la mort de Julius Nyerere)
Fête du sacrifice
9 décembre Fête de l’indépendance (Fête Nationale célébrant l'indépendance du Tanganyika le 9 décembre 1961)
25 décembre Jour de Noel
26 décembre Boxing Day

8. CLIMAT & MÉTÉO

La Tanzanie est un grand pays, proche de l’équateur, avec une grande variété d’écosystèmes ; l’ile de Zanzibar baignée par l’océan Indien, le cratère du Ngorongoro à 2400m d’altitude, les plaines du Serengeti, le sud de la vallée du Rift. Les conditions météorologiques peuvent changer sur une distance très courte.Dans le nord de la Tanzanie, il y a deux saisons des pluies : de mars à fin juin ‘’les longues pluies’’, en novembre et décembre ‘’les courtes pluies’’. Alors que la saison des pluies dans le sud est plus homogène et dure de la mi-novembre à fin avril, suivie d’une saison très sèche.Le pays Masai et les hauts plateaux de l’est du pays ont un climat sec et très chaud tout au long de l’année.Sur la cote, à Zanzibar et dans les iles, le climat est chaud et humide et reçoit d’abondantes précipitations de mars à mai.Étant proche de l’équateur, il y a très peu de différence au court de l’année sur les heures de lever et de coucher du soleil. Par exemple à Zanzibar, le lever de soleil est autour de 5h45 (+/- 15 minutes selon la saison) et le coucher du soleil est à 18h00 (=/- 15 minutes selon les saisons).

9. PRÉPARER SON VOYAGE

Formalités administratives :

Passeport :
Un passeport en cours de validité. Il doit être valable encore au moins 6 mois après la date de sortie du territoire tanzanien.

Visa :
Le visa touristique peut être obtenu à l’ambassade de la République Unie de Tanzanie à Ottawa, il peut également être émis par les services d’immigration de l’aéroport à votre arrivée en Tanzanie. Les frais sont de 50USD par personne. À votre arrivée, assurez-vous que les représentants de l'immigration valident votre visa en y apposant leur sceau ou en y inscrivant l'information requise. Le visa de touriste est valide pour un séjour d’une durée maximale de trois mois à partir de la date de délivrance.


Ambassade Tanzanie à Ottawa
Tanzanian High Commission in Ottawa,
50 Range Road Ottawa Ontario K1N 8J4 Canada
Téléphone : (+1) 613 232 1500 - (+1) 613 232 1509


Assurance : Une assurance voyage est fortement recommandée.

Santé : Les vaccins dépendent des régions que vous allez visiter. Toutefois, sans être obligatoires, les vaccins recommandés pour les voyages en Afrique sont : tétanos, diphtérie, polyo, typhoïde, hépatite A, hépatite B, rage et méningite. Si vous entrez en Tanzanie en provenance d’un autre pays africain, vous devrez produire votre carnet de vaccination. Certains de ces vaccins nécessitent plusieurs injections, nous vous conseillons consulter votre médecin ou clinique santé-voyage au moins 6 semaines avant votre départ. Profitez-en pour demander de vous prescrire une mini trousse contenant des antihistaminiques, des sachets de réhydratation, des antibiotiques à large spectre en cas d’infections ou de dysenterie.

La malaria (paludisme) est présente dans certaines régions à certaines périodes de l’année). La prévention est primordiale et commence par emporter et utiliser un produit anti-moustique et demandez à votre médecin le traitement anti-malaria qui vous convient le mieux (se prend en général quelques jours avant d’entrer dans la zone à risque et quelques jours après en être sorti). Le soir portez des vêtements à manches longues et des pantalons afin de couvrir votre corps. Vous pouvez faire traiter vos vêtements avec un insectifuge avant de partir.

Ne vous baignez pas dans les eaux de rivières, lacs ou autres plans d’eau si vous n’avez pas l’assurance de votre guide ou des locaux qu’elles sont sans risque de Bilharziose. Enfin évitez de caresser les chiens, chats ou ce que nous appelons animaux domestiques, la rage peut se transmettre non seulement par morsure mais aussi par une simple égratignure ou par la salive d’un chien qui vous lèche.

Les risques de HIV et autres maladies sexuellement transmissibles sont élevés. Prenez vos précautions!

Devises : La monnaie est le Shilling tanzanien. Il est préférable de ne pas en avoir sur soi de grandes quantités afin de limiter les inconvénients en cas de perte ou de vol.
Les principales monnaies, comme le US Dollar, la Livre britannique ou l’Euro se changent facilement dans les grandes villes. On trouve facilement des bureaux de change qui offrent un service plus rapide et des taux différents que les banques. On trouve partout dans les grandes villes des distributeurs ATM pour retirer de l’argent avec les cartes VISA et MasterCard. Les cartes de crédit sont acceptées seulement dans les grands hôtels et certains Lodges.

Vêtements : ‘’Il fait chaud en Tanzanie, c’est l’Afrique !’’, c’est la remarque qui vient à l’esprit lorsqu’on rêve de voyage et de safari en Tanzanie. C’est vrai mais c’est plus complexe que cela. La vérité est que la Tanzanie est un pays froid avec un soleil très chaud. Les variations de température peuvent être importantes dans les différentes régions visitées. Les différences d’altitude, le soleil ardent et l’humidité des zones tropicales, amènent des changements brusques parfois même dans la journée. Gardez cela en tête au moment de faire votre valise.

Que mettre dans sa valise ? Cela dépend des activités et des régions prévues à votre programme. Nous vous conseillons de voyager léger, certaines liaisons internes nécessitent des moyens de transport ou le poids est limité, de préférence avec un bagage souple et résistant plutôt que rigide.

Quelques mots-clés à avoir en tête : casual, léger et confortable, chaud, froid, humidité, poussière. Si vous prévoyez de faire un safari à pied, prévoyez une paire de bonnes chaussures de marche, des vêtements de couleur neutre, pas de blanc ou autre couleur lumineuse.

10. PENDANT LE VOYAGE

Pourboires : L’usage des pourboires n’est (pas encore) répandu en Iran. Il convient par contre de laisser un pourboire au guide (10 USD jour/pax) et au chauffeur (4 USD/pax).

Sécurité : Dans les grandes villes, les précautions élémentaires vous éviteront bien des désagréments ; ne pas laisser ses affaires sans surveillance, les sacs à main fermés, les sacs à dos portés devant soi, etc... Ne pas se promener seul dans les rues la nuit, prenez un taxi et revenez en taxi si vous voulez sortir pour aller au restaurant par exemple.

Nous vous conseillons fortement de visiter le site officiel du Gouvernement du Canada : https://voyage.gc.ca/destinations/tanzanie

Électricité : le courant est du 220 – 230 Volts. N’oubliez pas de vous munir d’un convertisseur universel de prise car les prises sont à trois fiches. La plupart des lodges sont alimentés par des groupes électrogènes qui ne fonctionnent que pendant une plage horaire.

Téléphone/Internet :
Pour appeler en Tanzanie depuis le Canada:


• Composez 011 (ou le signe "+" si vous téléphonez depuis un téléphone portable)
• Composez ensuite l'indicatif téléphonique tanzanien: 255
• Faites enfin le numéro local de votre correspondant


Attention, les numéros de téléphone en Tanzanie commencent par un préfixe (0) qui est à utiliser uniquement lorsque vous passez un appel local, c'est-à-dire depuis la Tanzanie même. Ce numéro ne doit donc pas être composé lorsque vous appelez depuis le Canada.

Pour appeler au Canada depuis la Tanzanie:


• Composez d'abord le 00 (ou le signe "+" si vous téléphonez depuis un téléphone portable)
• Composez ensuite l'indicatif téléphonique canadien: 1
• Faites enfin le numéro local de votre correspondant


On trouve beaucoup de cybercafés dans les grandes villes dont les tarifs de connexion internet varient entre 300 et 500 Tsh la demi-heure.

Attitudes pour un voyage responsable :
Pendant le mois lunaire du ramadan (le neuvième mois du calendrier musulman), faites preuve de discrétion lorsque vous buvez, mangez ou fumez dans les lieux publics entre le lever et le coucher du soleil. En 2017, le ramadan doit commencer le 27 mai ou près de cette date.

À Zanzibar, les pratiques et les croyances islamiques ont une grande influence. Habillez-vous et comportez-vous avec bon sens et discrétion partout en Tanzanie. Respectez les traditions sociales et religieuses pour ne pas froisser les habitants. Il est conseillé de porter des vêtements qui couvrent bien le corps (les femmes doivent par exemple se couvrir les épaules et éviter de porter des shorts).

Photo et vidéo : Qui ne rêve de ramener des photos merveilleuses des splendides paysages et des animaux sauvages que nous offre la nature africaine. Pour les paysages un smartphone ou un appareil compact peut faire l’affaire.
Pour photographier les animaux sauvages, un appareil reflex munit d’un téléobjectif de 300mm (500mm pour les oiseaux) est préférable, il faudra aussi beaucoup de patience !
Pensez à prendre les animaux dans leur contexte naturel pour montrer que la photo n’a pas été prise au zoo !

Certaines ethnies, particulièrement les Masais, n’acceptent pas d’être photographiées, même à la sauvette depuis votre véhicule, vous risquez de recevoir un jet de pierre. Si votre programme inclus une visite dans un village Masai, attendez que votre guide vous ait présenté et que les Masais vous donnent l’autorisation de prendre des photos.

Il est interdit de photographier les installations militaires. Des personnes ont été détenues ou se sont vu confisquer leurs appareils photo et leurs films après avoir photographié des hôpitaux, des écoles, des ponts, des usines et des aéroports. Demandez toujours la permission avant de photographier des personnes.

  • 1

Rejoignez-nous

514-789-2446
2170 rue Crescent
Montréal, Québec H3G 2B8

Un service client à votre écoute 7j/7j

 

 logo visalogo mastercardlogo interac

 

Une Question ?

Please type your full name.

Invalid email address.

Invalid Input